« Petit message de soutien | Accueil | la priorité absolue, c'est le rétablissement de la sécurité et de l'ordre public (crise urbaine 2005 n° 8) »

dimanche 06 nov 2005

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Antileurre

Bonjour,

Enfin quelqu'un qui semble avoir les pieds sur terre. Mais discutez un peu avec les enseignants qui sont quand même aux premières loges pour observer les générations montantes et vous verrez qu'il y a pire que les "anecdotes" relatées dans les posts ci-dessous. Toutefois bravo pour aller trouver des informations à des bonnes sources.

Je voudrais vous dire que j'ai cotoyé de ces jeunes racailles. C'est quasi inévitable quand on a une vingtaine d'années parce que leur idéologie (simpliste) est à la mode. Hélas oui, ces jeunes sont à la mode. Allons donc, ils ne sont pas en manque d'intégration, croyez-moi. MAIS ils sont totalement "drivés" par la TV. Et c'est la TV qui divise les uns et les autres. Ces jeunes ne rêvent que de Porsche et de mannequins esclaves sexuelles. C'est bien cela qui les éloigne du travailleur besogneux (soit 75% des Français). Pas la politique d'intégration. Eux, ils veulent le "living large", et comme ils le veulent tout de suite, et bien il reste le crime. Et ses actes de bravoure. Et si en plus ceux-ci sont médiatisés (encore la TV) alors leur allant est décuplé. Et voilà comment on aboutit à la situation actuelle. Le quart d'heure de célébrité se prolonge comme on peut.

Il est également à la mode de prendre le Français pour un con, un lâche, un benêt. Tous les enfants qui sont dans des écoles primaires et au collège avec une forte mixité sociale le savent. Les enfants français d'origine ceci ou cela, disent je suis 'ceci" ou "cela". Ils ne disent pas "je suis Français". La France est un pays magnifique. Je suis Française et fière de l'être. La France donne tous les moyens nécessaires à chacun de s'intégrer.

Les allocations familiales, l'école et l'université gratuites. Ca, c'est des moyens d'intégration. Maintenant, si chacun préfère se bercer d'illusion devant la télévision et jouer au cowboy, c'est la faute de la télévision, pas de la politique d'intégration.

Si on reparle de discrimination positive, je crois que là, ce sont les Français de souche, n'ayant pas de travail, qui vont descendre dans la rue. De la fermeté, un peu de sérieux, un peu d'autodérision, voilà ce qui manque à ces jeunes de banlieues en mal de publicité.

Merci de votre attention. Et je me permets d'ajouter qu'il faut avoir grandi avec ces jeunes là pour comprendre tout ça sans être sujet à des faux semblants. Cela dit, si vous interrogez les jeunes des lycées actuellement, il y a un conformisme tel dans le discours "officiel" des jeunes qu'on vous dira "ces jeunes sont des victimes" blah blah blah... C'est aussi la peur qui fait tenir ce discours. Personne n'ira se distinguer en disant : "oui, ces mecs-là, ce sont des jeunes avec un excédent de connerie. Et ils se montent la tête parce qu'ils cultivent l'esprit de clan et se croient invincibles. Ils croient qu'ils vont pouvoir imposer leur loi au monde. Comme dans les films". Ne leur parlez pas de bosser et de gagner honnêtement leur vie. Ca, c'est pour les caves de Français. Un alibi bien commode pour ne pas avoir à bosser : "ouais, de toute façons, ils recalent toujours les Arabes et les Renois aux entretiens". Faux et archi faux. Un Arabe ou un Renoi qui s'exprimera très bien en entretien, il est évident qu'il fera forte impression. Et qu'il sera bien utile dans une boîte. Mais pas un qui arrive en trainant les pieds avec un air frondeur, et qui parle sur un ton désagréable.

Merci.

AL

PS: Tout le monde s'accorde pour avancer avec bonhommie qu' "il s'agit d'une minorité, bien sûr"... Et ces jeunes, dont on parle, NON, ce n'est PAS une MINORITE, allons... Vous me direz, "c'est l'âge bête", mais au collège (plus qu'au lycée), c'est celui qui veut réussir modestement sa vie qui est ostracisé. Qui a la vie dure, qui est une proie, qui est une tête de turc, qui est brisé. On rêve ou quoi ?

Celal

Oui la discrimination à l'embauche existe. La, preuve moi-même j'en est été victime, et le pire pour un petit boulot, mais ça m'a beaucoup fait mal. J'ai eut un entretien pour être intervenant en cours particulier au près d'une célèbre entreprise de cours particuliers à domicile. J'avais trois d'expérience de cours particuliers avec des particuliers et surtout deux ans d'expérience avec un concurrent. Et même deux ans d'expérience à l'éducation nationale comme remplaçant. L'entretien s'était bien déroulé car j'avais de l'expérience et j'avais été confronté à plusieurs cas différents. Sur un groupe de 15 postulants, on était trois d'origines étrangères (que je connaissais car camarades d'universités)et assez typés. D'emblée on m'a demandé mon origine, hors je ne vois pas à quoi cela pourrait leur servir. J'y est quand même répondu. On m'a dit que je devais appeler le lendemain car mon dossier allais être étudié à tête reposé. Le lendemain voici la réponse : "vous n'avez pas le profil". Je leur ai demandé qu'entendais-t-il par profil, ils m'ont répondu l'expérience, or j'étais l'un des plus expérimenté. Biensûr mes copains non plus n'ont pas été pris. Si cela n'est pas de la discrimination, qu'est ce que c'est. Le pire c'étais qu'on était tombé sur le mauvais centre, car j'ai des amis qui ont été pris par la même boîte ailleurs. Le problème c'est que l'on était fiché.

Alors oui et oui, il y a de la discrimation à l'embauche. Cela n'explique pas du tout les violences inadmissibles. Mais je voulais juste faire une mise au point.

jean-marie albouy-guidicelli

Le témoignage de Celal ne m'étonne pas. Il y a malheureusement des recruteurs racistes qui prennent toujours des prétextes fallacieux pour ne pas embaucher (vous n'avez pas le profil; nous sommes étonnés, nous n'embauchons plus, l'anpe n'a pas du actualisé l'offre... alors que 10 min plus tard pour un "maurice" ou un "steve" l'offre est toujours en cours, etc etc...)
Ce n'est pas non plus une généralité mais je comprend l'exaspération de ceux qui cherchent du travail, ont des prénoms et des noms de consonance étrangère et constatent que leurs diplômes de l'éducation nationale ont des importances différentes en fonction du nom porté dessus...
Maintenant la réaction d'Antileurre est compréhensible!
Il ne faut pas remplacer une discrimination par une autre.
seul doit compter le mérite !
En ce qui me concerne, tous les recrutements que j'ai eu à mener pour la mairie ne sont guidés que par l'aptitude à occuper et à s'adapter les emplois proposés et l'ANPE ne fait aucune sélection sur la nationalité ou les origines, ce qui d'ailleurs est interdit par la loi.

CODE PENAL
(Partie Législative)

Section 1 : Des discriminations

Article 225-1

(Loi nº 2001-1066 du 16 novembre 2001 art. 1 Journal Officiel du 17 novembre 2001)

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 4 Journal Officiel du 5 mars 2002)

Constitue une discrimination toute distinction opérée entre les personnes physiques à raison de leur origine, de leur sexe, de leur situation de famille, de leur apparence physique, de leur patronyme, de leur état de santé, de leur handicap, de leurs caractéristiques génétiques, de leurs moeurs, de leur orientation sexuelle, de leur âge, de leurs opinions politiques, de leurs activités syndicales, de leur appartenance ou de leur non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée.
Constitue également une discrimination toute distinction opérée entre les personnes morales à raison de l'origine, du sexe, de la situation de famille, de l'apparence physique, du patronyme, de l'état de santé, du handicap, des caractéristiques génétiques, des moeurs, de l'orientation sexuelle, de l'âge, des opinions politiques, des activités syndicales, de l'appartenance ou de la non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée des membres ou de certains membres de ces personnes morales.

celal

Je le pense bien, je tenais juste à présicer le faite que cette discrimination existe. Mais elle n'explique pas biensûr ces violences inadmissibles. Victime de cette discrimination, j'ai été choqué, mais cela ne m'a pas empêché de retrousser mes manches et continuer mes démarches. C'est ça que les jeunes n'ont pas : la patience. D'ailleur il n'y a pas que chez les jeunes, c'est un problème global(politique entre autre). Il faut tout de suite les résultats.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)