« Crise urbaine 2005 (n°13): A-t-on manqué de dialogue ? | Accueil | Crise urbaine 2005 (n°14): Les associations sont-elles la panacée pour résoudre la crise ? »

mardi 15 nov 2005

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Frédéric

que gauche et droite arrête de ce tirer dans les pattes et qu'ils travaillent ensemble pour la France.
La place doit etre bonne pour que l'on bave sur son voisin. on en arrive à la méthode américaine ou ce n'est pas ce qu'ils proposent ou ce qu'ils font qui les font élirent, mais ce que l'autre "camp" à fait ou pas fait. Messieurs les politiques, mettaient vous au travail !!! COLUCHE ou es tu ???

Jean-Marie Albouy

tu as raison !! notre grande difficulté vient que nos élus sont souvent là par défaut. Leur base électorale étant faible, même si on qualifie les plus nombreux de majorité, ils ne représentent jamais plus de 50 % des électeurs... et parfois des exprimés !

damien

Sapin pon.

www.unsibeaubordel.blogspot.com

www.unsibeaubordel.blogspot.com

www.unsibeaubordel.blogspot.com

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.