« Eteindre sa tv une semaine | Accueil | Inauguration du 1er circuit des deux fleuves »

lundi 02 juin 2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

eric

sauf qu'on ne peut s'empecher à une véritable répudiation ne serait-ce que par l'article de loi utilisé. Peut-être y en avait -il un autre. Car là on laisse penser que la virginité est une qualité essentielle dans le cadre du mariage...

monique

Franchement si il était aussi coincé sur ses principes, on peut se demander pourquoi elle a voulu se marier avec lui ???
Je crois que cela date de plusieurs mois et qu'il serait peut-être temps de laisser tranquille ces gens !
J'espère bien que la fille a refait sa vie avec un mari plus cool.

paul

Je trouce ça marrant tous ces gens qui s'insurgent mais ils proposent quoi à la place de l'annulation du mariage ?
Que les mariés revivent ensemble ? Que la justice les oblige à un divorce ? Qui sera prononcé dans combien de mois ? et en attendant ils sont toujours mariés ? et doivent faire des enfants ?
Quel monde formidable !
Les médias devraient s'intéresser à tous les divorces ! et les politiques à toutes ces femmes qui ont été mariées de force...

JM MUYL

Mon cher Jean-Marie.

J'ai bien peur que ton commentaire ne soit inspiré par une vision un peu idéaliste, car tu te fondes sur une prétendue égalité de choix qui n'existe pas dans une pratique rétrograde. Je voudrais en souligner quelques aspects par une série de questions en reprenant les termes :

"Un mariage ne peut être fondé sur le mensonge."
Ma question : la jeune fille avait-elle le choix de dire la vérité ?
Mon commentaire : les petits mensonges peuvent avoir du bon dans un mariage. Au risque de passer pour un horrible libertin, mentir par omission sur sa vie sexuelle passée me semble un petit mensonge.

"De nombreux jeunes gens pratiquant d'autres confessions et notamment la religion catholique souhaitent se marier à un conjoint en leur offrant leur virginité et en sollicitant de l'autre la réciprocité."
Ma question : la virginité est-elle une valeur, une qualité essentielle, que l'on peut "offrir", ou pire une marchandise que l'on vend ?

"On peut considérer cela rétrograde mais n'est-ce pas la liberté de chacun ?"
Ma question : la jeune fille était-elle libre ?

"Manifestement, la jeune épouse a laissé croire à son mari qu'elle était vierge et ce n'est qu'une fois mariés qu'il s'est aperçu du mensonge."
Ma question : qu'est-ce qu'une nuit de noce qui consiste à épier les signes du déchirement d'un hymen (et à scruter les draps ?)

"Concrètement, la justice pouvait-elle ne pas entendre les deux conjoints qui ont souhaité ensemble l'annulation de ce mariage ?"
Ma question : la jeune femme avait-elle le choix ?

"Dès lors que le mari avait exprimé le souhait à sa future épouse qu'elle soit vierge pour le mariage et que celle-ci ait menti, ce qu'elle a reconnu, le mari s'est senti dupé, et ce, à peine marié ! Comment peut-on bâtir une famille et un foyer pérène quand manifestement sur un sujet que l'un des deux époux considère comme sensible l'autre lui ment ?"
Ma question : le mari était-il vierge ? sa femme avait-elle les moyens de s'en assurer ? Le fondamentalisme religieux va toujours de pair avec l'hypocrisie et l'obsession sexuelle (celle de la virginité étant une des plus perverses). Toutes proportion gardée bien sûr, les soixante-douze vierges de Ben Laden, l'obsession de la virginité de Fourniret devraient nous faire réfléchir.

"Cependant, puisque ce cas reste tout de même anecdotique, on peut se demander aussi pourquoi la jeune femme a souhaité se marier à un garçon si rigoureux sur des principes alors qu'elle même ne l'était pas ? Pourquoi cette mascarade ? Pourquoi lui a-t-elle menti ?"
Mes questions : le souhaitaient-elles vraiment ?
Le jeune marié a-t-il la même rigueur en ce qui le concerne ? Quand on connait les conceptions de la femme qui règnent chez beaucoup, il est permis d'en douter.

"Le mariage étant une obligation pour personne, pourquoi la jeune fille a-t-elle accepté ce mariage avec le risque d'être découverte par son mari ? Etait-ce un mariage d'amour ou un mariage organisé ? Et si c'était un mariage organisé par des tiers, cette annulation ne sonne -t-elle pas pour la jeune femme comme une libération."
Mes questions : La jeune femme avait-elle le choix ? C'est sans doute une libération, mais surtout une humiliation.

"On peut tout de même se poser une question : pourquoi toute cette médiatisation sur une affaire privée entre deux jeunes gens qui souhaitent tout simplement passer à autre chose..."
Ma question : n'est-ce pas tout à l'honneur de la société française, après des siècles de lutte contre l'obscurantisme chrétien, de lutter contre l'obscurantisme musulman ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)